Meet: a school in which there are no classes, no classrooms, not even a program

“We get around 70 requests a week from people all over the world who want to come and see what we do here,” says Rob Houben, director of the Agora school in Roermond, the Netherlands. “And I turn most of them down, I just don’t have time!” he said.

Clearly, this interest speaks to Agora’s unconventional approach. It is amazing not because it is equipped with modern facilities, but because it is a school focused on learning and not teaching.

“We give children the opportunity to play, because when children play with something, they are interested in it. And then you don’t have to teach them, and you don’t have to control them,” says Rob.

Agora students are aged 12 to 18 (no age ranges) and each has control of their own educational path. They can explore and study the topics and subjects that interest them.

There are students studying Mongolian horses, blacksmithing, Harry Potter spells, tables and skateboards. The task of the teacher, here called the coach, is to guide this process of exploration.

The trainer, responsible for approximately 17 children, must provide tangible results and deep immersion in the subject, as well as working with each student to further develop the learning process. That’s why one of the biggest challenges Rob faced was finding the right team.

Rob describes Agora as a mix of a university (where you have access to knowledge), a Buddhist monastery (where you can think), a theme park (where you can play) and a community market (where you can trade things). And it is this last possibility, borrowed from ancient Greek, which gave its name to the school, the Agora.

Each day begins with a dagstart, which means students spend a few minutes talking about their tasks for the day, what they hope to accomplish, and what help they might need. It is also an opportunity for other students to suggest something, give advice or participate.

Free space.

The space where the educational process takes place looks like complete chaos. There are books, posters, drawings, unfinished projects, luminaries and materials everywhere. Each student has a desk that he organizes as he sees fit.

After the day begins, students move into project time, which can be at their desks or in one of the facilities, such as a carpentry shop, metal shop, textile room, kitchen, or computer lab. . After lunch there is a quiet time where students are encouraged to read or reflect. Other projects or group work are planned until the end of the day.

As students grow, they can choose their start and end times, log in and out, and learn to plan their schedule better.

What Agora students love most is the freedom to learn what they want. “People don’t understand when you pass the compulsory subjects. They think they should take four math lessons a week, but that is not the case in the Netherlands. The Department of Education is only asking to get students to a certain level within a certain amount of time,” says Rob.

The magic is that teachers channel this pure freedom to naturally include what students are legally required to know. So, for example, all students should know the Pythagorean theorem at a certain age, but this does not necessarily have to happen in a math lesson, it may be when studying a geography problem or the construction of tables.

Widespread use of mobile phone.

Perhaps most shockingly, cellphones and the internet are ubiquitous in the Agora. “All of our children have access to the Internet throughout the day. We allow them to use their phone because you have to learn not to use your phone at certain times. And you won’t learn it if it’s taken from you.”

The school uses WhatsApp to communicate with students and their parents. Parents are also encouraged to participate in the development of their children. Therefore, they are asked to help children learning their trade.

L’école peut offrir des Chromebooks gratuits à chaque enfant. « Même lorsqu’ils étudient pour un examen, ce n’est pas comme dans une école normale où vous devez dépenser de l’argent pour 50 livres de mathématiques. Si tu veux étudier les mathématiques, tu dois me dire comment tu vas le faire, et quel livre ou contenu numérique tu veux utiliser. Et si l’élève peut le faire et expliquer pourquoi il a besoin de ce livre, nous le lui achèterons.

L’Agora a ouvert ses portes en 2014 et comptait initialement 30 étudiants. Elle a fonctionné dans les locaux d’une école ordinaire à titre expérimental. Il est important de noter que ce sont les élèves, et non le personnel enseignant, qui ont été les seuls consultés sur ce à quoi ressemblerait l’école. Maintenant, elle a ses propres locaux, 250 étudiants, et il y a une longue liste d’attente pour ceux qui veulent les rejoindre.

Comment les progrès sont-ils contrôlés ?
Ainsi, si les étudiants ne passent pas de tests dans des matières spécifiques, mais travaillent sur un grand nombre de projets différents, comment suivent-ils leurs progrès ? La solution est venue des étudiants eux-mêmes.

Egodact est un logiciel développé par trois étudiants d’Agora – Rafael, Baruch et Ruben – pour suivre non seulement les problèmes des étudiants, mais aussi leurs progrès. C’est facile, simple et facile à utiliser.

De plus, ils ont créé une entreprise qui commercialise et vend des logiciels à d’autres écoles. Ils ont rédigé un plan d’affaires, élaboré une feuille de route du produit et ouvert un compte bancaire. Pas mal pour trois jeunes de 16 ans qui ont commencé ça à 14 ans.

Bien sûr, l’école est toujours reconnaissable dans l’Agora. Il a des auditoriums et une salle à manger, et les enfants sont tout aussi bruyants. Mais il existe des salles de réunion que les enfants peuvent réserver pour travailler sur des projets ou rencontrer des gens.

Et à côté des cuisines, il y a un restaurant et un pub. Les plans de Rob pour l’avenir sont de construire ici une entreprise de restauration qui servira la communauté locale avec l’aide d’étudiants. « Il est possible que les étudiants possèdent une entreprise de restauration », dit-il. Mais pour l’instant, Rob développe et agrandit à la fois l’école et le personnel enseignant.

Trouver, former et soutenir le bon personnel avec cette approche complètement différente de l’éducation prend du temps. « Je dis à mes employés : ‘Ne me demandez pas si c’est une bonne idée. Essayez ceci pendant une semaine et demandez aux enfants à ce sujet.

Nos enseignants travaillent cinq jours, quatre jours avec les enfants, et le cinquième jour, je ne les laisse pas travailler avec les enfants, ils doivent surveiller les autres enseignants et leur faire part de leurs commentaires.”

Regardez les compétences que les employeurs exigent constamment de leurs employés : empathie, communication, travail d’équipe, agilité, flexibilité et capacité à concevoir et résoudre des problèmes transdisciplinaires. Mais l’éducation traditionnelle n’offre pas cela aux étudiants.

Au lieu de cela, il y a beaucoup de dates, de faits et de formules à retenir. Les enfants de l’Agora reçoivent des informations sur le monde, mais surtout, ils ont tout pour le comprendre, le synthétiser et l’utiliser au besoin. Et la principale de leurs compétences non techniques est un sentiment de confiance dans leur capacité à résoudre des problèmes et à communiquer avec des adultes et entre eux.

C’est ce qui fonctionnera à l’avenir, ce que les machines ne peuvent pas faire. Agora et d’autres écoles qui apportent des changements offrent à leurs élèves les meilleures compétences et expériences. « Je ne fais pas ça pour les enfants de notre école, je le fais pour tous les enfants. Je veux que chaque enfant apprenne de cette façon. Je déteste avoir une liste d’attente, mais mettre le personnel à niveau prend du temps », explique Rob.

Enverriez-vous votre enfant dans une telle école ?

Like this post? Please share to your friends:
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: